Le Blog de La vie de la Moto

Open top menu

Diagnostiquer la panne

Passons en revue les cas les plus couramment rencontrés. Et expliquons les causes les plus fréquentes. Ce n’est pas une analyse exhaustive, juste un petite revue pratique pour donner des pistes afin d’éviter de tout démonter au hasard et en vrac au bord du fossé. C’est le plus souvent relativement bénin et facile à résoudre, à condition de savoir analyser les symptômes et les interpréter.

Le moteur s’arrête puis redémarre

Il repart après un temps d’arrêt d’une ou deux minutes, fonctionne correctement puis ça recommence. C’est le plus souvent un problème d’alimentation. La distance parcourue entre deux arrêts est courte quand le réservoir est plein et plus longue quand il est presque vide. Première raison : mise à l’atmosphère bouchée par une crasse, une sacoche de réservoir ? Vu : un bouchon refabriqué pour Motobécane était dépourvu de mise à l’atmosphère ! Seconde possibilité : crasse baladeuse dans le tuyau d’essence ou paroi intérieure délaminée : se déplace avec le courant jusqu’à étrangler le débit, reprend sa position au repos puis ça recommence.

Le moteur s'étouffe quand on accélère

Mais tourne bien au ralenti. Traduit généralement un manque d’essence. Gicleur de marche bouché. Filtre ou robinet encrassés. Cuve de carbu sale : crasses, eau (condensation) ou huile décantée (2-temps) obturant le gicleur. Aiguille décrochée (obture le puits).

Le moteur manque de puissance

Et ne prend pas ses tours. S’améliore si l’on ferme le volet d’air. En cause, un manque d’essence : gicleur trop petit ou partiellement obturé par un débris, niveau de cuve trop bas, arrivée d’essence insuffisante (filtre, robinet, pointeau encrassés, mise à l’atmosphère insuffisante…).

Le moteur ne prend pas ses tours

La marche se dégrade encore si l’on ferme le volet d’air. Carburation trop riche : gicleur desserré, niveau de cuve trop haut, pointeau non étanche, membrane (de robinet, de pompe de reprise) fuyarde. Avance à l’allumage décalée, insuffisante ou trop forte (cliquetis). Rupteur ouvrant très insuffisamment. Système d’avance à l’allumage automatique grippé.

Le moteur ne démarre pas à chaud

Carburation trop riche : vis d’air mal réglée, niveau de cuve trop haut, pointeau non étanche ou coupe de boisseau insuffisante. Nota : ne jamais titiller pour démarrer à chaud ! Allumage déficient : magnéto faible, chaude, condensateur fautif. Pick-up HT fissuré, baille à chaud d’où fuite à la masse.

Le moteur ne démarre qu'à la poussette

Mode opératoire de démarrage au kick mal compris. Magnéto faiblarde. Réglages (allumage, carburation) à reprendre. Nota : avec une magnéto, pour démarrer au kick mettre le levier d’avance à 1/3-1/2 sinon étincelle faible (arrachement insuffisant).

Le moteur crache au carbu

Et pétouille quand on accélère depuis le ralenti. Trop pauvre : prise d’air (joint claqué, bride desserrée, jeu sur la pipe, vis d’air perdue, couvercle desserré. Soupape bridée ou non étanche. Si ce n’est pas le cas et si c’est chronique, cela dénote une carburation pauvre, du moins sur cette plage : vis d’air, boisseau usé (trop de jeu), trop de coupe au boisseau, usure excessive soupape/guide (distribution non enclose).

Ratatouillage

Allumage : bougie encrassée, trop ouverte. Rupteur encrassé, usé, ouvrant insuffisamment ou trop. Ressort de rupteur faible ou cassé. Pick-up HT (magnéto) fissuré. Antiparasite HS. Fil HT craquelé, fuite à la masse. Allumage batterie : contact alimentation bobine, batterie insuffisamment chargée, tête de distributeur (polycylindres) fissurée ou encrassée, d’où saut d’étincelle entre cylindres. Essence polluée (condensation).

Emballement gaz coupés

Le boisseau redescend avec retard : câble grippant dans la gaine, coup sur le boisseau, crasses, humidité dans l’air, ressort de rappel avachi. Prise d’air importante : vis d’air perdue, joint de pipe fuyard.

Article paru dans La Vie de la Moto n° 795, 29 mai 2014. Les Trucs de François-Arsène. Texte et crédits photo : François-Arsène Jolivet

Tagués
bertrand
Ecrit par bertrand

Comme moi, vous êtes peut-être nostalgique des années 80, amateur de youngtimers et amoureux des trails !

Aucun commentaire trouvé.

Personne n'a encore laissé de commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire